Prendre de l’âge, tu sais, c’est pas si facile…


Je suis surprise de constater, au travers de ma pratique de thérapeute, le désarroi de certaines femmes de plus de soixante ans. En effet, la plupart de mes consultantes de plus de soixante-ans semblent partager en commun des questionnements quant au sens de leur vie depuis que leurs enfants adultes sont partis, depuis que leurs petits-enfants ont grandi, depuis qu’elles ne font plus partie du circuit du travail, depuis qu’elles se sentent vieillir et devenir « inutiles » pour reprendre leur terme.

Les personnes d’une tranche d’âge dite « vieille » auxquelles je suis confrontée ont comme demande prioritaire de parler de leur vécu en lien avec leurs difficultés !

Nombre d’entre elles continuent comme les « jeunes » à avoir des soucis, tant d’un point de vue individuel, conjugal ou familial ! En effet, leur «vieil âge » ne les préserve pas des problèmes d’infidélité, des problèmes d’argent, de violence, de traumatisme, et bien d’autres problèmes…

Une constatation évidente est qu’aujourd’hui on vit de plus en plus vieux et en bien meilleure forme qu’avant. Lorsque j’écoute les femmes de 60 ans et plus qui viennent consulter, j’entends souvent des mêmes préoccupations se résumant à : « je me sens abandonnée », « je me sens inutile ou je ne suis plus utile »…

La proportion des personnes « veilles » est de plus en plus nombreuse ; n’est-il pas un paradoxe de vivre en meilleure forme et d’être à la retraite plus tôt ? Comment ces personnes occupent-elles leurs journées, comment se situent-elles par rapport à ça ? Autre point commun dans les discours des 60 ans et plus que je reçois en consultation : toutes (ou presque) rattrapent tout ce qu’elles n’ont pu faire auparavant : du coup, elles font un tas d’activités : leur jardin, leur maison, des voyages, elles intègrent un groupe..

La vie des jeunes retraités est majoritairement conjugale et elle l’est davantage pour les hommes que pour les femmes. Elle l’est aussi de plus en plus souvent : non seulement l’âge au veuvage recule, mais les personnes veuves, divorcées et célibataires cohabitent aussi plus souvent avec un conjoint sans être mariées.

Un fait qui me paraît évident est que les femmes vivent plus que les hommes (approximativement cinq ans) et dans notre culture la tendance est toujours généralisée vers des couples dont les hommes sont plus vieux d’une moyenne de cinq années que leur compagne. Dès lors : les femmes devraient-elles se préparer à un veuvage d’une dizaine d’années ? cela ne pose-t-il pas des problèmes de relation ? Il semblerait plus facile pour un homme « âgé » de se mettre plus vite en couple étant donné son choix plus large, d’autant plus qu’un homme à tendance à désirer une femme plus jeune que lui ? (observations personnelles et non vérifiées !) Dès lors, si je considère cette observation comme étant vérifiée, nous sommes confrontés à de nombreuses femmes « vieilles » qui restent seules.
C’est en moyenne, au début de la cinquantaine que l’on devient grands-parents. Aussi les premières années de la retraite sont-elles, avec les dernières années de la vie active, le temps de la grand-parenté : celui de la garde des petits-enfants en bas âge, des contacts fréquents et des vacances parfois en commun. Par la suite, lorsque les petits-enfants grandissent, les rencontres se font plus rares et les relations sont de plus en plus médiatisées par les parents, qui font alors circuler l’information entre les générations alternes.

Il me semble observer que le « devenir vieille » est advenu pour les femmes occidentales vers la cinquantaine. Il semble avoir été provoqué par divers déclencheurs : des changements dans l’insertion sociale (le départ des enfants, le décès du conjoint, la retraite…) ou des manifestations corporelles (une maladie, changements dans l’apparence…). De plus ces manifestations corporelles, en plus d’être physiologiques, ont été médiatisées par les significations qu’elles ont reçues de la société…si ces changements interviennent à ce point dans le sentiment qu’ont ces femmes d’être entrées dans la phase du « devenir vieille », ne serait-ce pas parce que leur corps peine désormais à satisfaire les canons esthétiques et qu’en perdant ses qualités d’ »objet sexuel », il suscite de nouveaux regards ?

Nous avons gagné une vingtaine d’années de longévité au cours du dernier demi-siècle. Aujourd’hui, plusieurs enfants connaissent non seulement leurs grands-parents mais aussi leurs arrière-grands-parents. Les grands-parents d’aujourd’hui ont beaucoup changé par rapport à ceux qui les ont précédés. Ils accèdent au statut de grands-parents vers la cinquantaine alors qu’ils sont encore actifs et qu’ils ont, en moyenne, encore trente ans devant eux.

J’ai le sentiment que dans nos sociétés occidentales, on prône actuellement le respect de l’autonomie de chacun, de la réalisation de soi et que ce qui peut entraver cette réalisation personnelle est « éjecté ».

Serait-ce risqué de ma part de penser que nous vivons dans une société où les vieux n’ont pas le droit d’être vieux ? avant la religion proposait l’immortalité, moyennant quelques offrandes le dimanche à la messe, on pouvait s’acheter pour pas bien cher une immortalité, promise à chaque mortel qui confessait ses péchés, au moins à la dernière extrémité…il était donc, entre-temps, permis de vieillir ! aujourd’hui, n’est-ce pas la jeunesse éternelle qui est « vendue » ? On doit paraître jeune, tant physiquement que dans la « tête » ; notre société met à notre disposition un arsenal important de moyens pour se maquiller, garder la forme, soigner et traiter sa peau, ses cheveux et sauver les apparences : thalasso, cosmétologie, phytothérapie et huiles essentielles, lifting…on parle même de molécules (DHEA, …) et de produits divers pour rajeunir ou ne pas vieillir. Après tout, pourquoi accepter de paraître vieux et ridé, d’avoir un nez affreux et les fesses molles, si l’on a la possibilité de remédier à ces inconvénients et de goûter au plaisir de « ne pas faire son âge » si l’on doit vivre plus longtemps. Pourquoi se laisser couler dans le naufrage de la vieillesse quand la vie moderne nous tend ses bouées de sauvetage ? je pense à la chanson d’Aznavour : « tu t’laisses aller… » tout ne passe donc-t-il que par le look, la première image que nous renvoie le miroir et que nous donnons aux autres ? est-ce donc cette image qui reflète notre état d’esprit ? ces rides ne sont-elles justement pas le reflet de l’expérience et de la sagesse qui ne s’acquiert qu’avec le temps ?

Il me semble que contrairement aux clichés, la fougue, la créativité, la productivité ne sont pas l’apanage d’un âge, mais d’un état d’esprit. Il y a des « jeunes » très séniles d’esprit et des « vieux » à l’apogée de leur carrière. Dès lors peut-on affirmer que l’épanouissement et la mise en valeur des capacités, des potentialités, de la liberté, ne sont plus possibles au-delà d’un certain âge ? Les rapports que nous entretenons avec nos « vieux » ne restent-ils pas notre premier héritage ? Ne continuent-ils pas aujourd’hui comme hier, de jouer un rôle fondamental dans la construction de notre identité personnelle et dans le fondement de nos liens sociaux ?

Le vieillissement est une étape naturelle de la vie de chacun d’entre nous et il m’apparaît primordial de pouvoir apprécier les conditions de cette étape irréversible, d’autant plus que c’est l’ultime étape dans l’ordre des choses qui précède la mort.

Katia Rizzi

, , ,

Réalisé par VisitOnWeb.com