« L’enfant, le jeu et l’ennui »

L’enfant, le jeu et l’ennui

Avez-vous remarqué qu’un enfant joue dès qu’il le peut ? Le plus simple objet peut devenir un jeu formidable.

Le jeu est un besoin chez l’enfant, il est nécessaire à son développement, affectif mais aussi intellectuel, émotionnel, relationnel…

En jouant l’enfant explore et apprend. Il s’explore lui, ses sentiments, son imagination, ses capacités physiques, il entraîne son intelligence… Il explore aussi le monde des possibles et impossibles qui l’entoure. Et il teste. Il affronte ses peurs, il teste les réactions des autres, il découvre ses envies.

Le jeu tout seul pour développer son monde intérieur, être une personne pleine de vie et remplie intimement.

Ouverture à soi.

Le jeu avec les autres enfants pour apprendre les relations sociales, prendre sa place par rapports aux autres, découvrir ce que les autres lui apporteront, d’autres réalités que la sienne.

Ouverture au monde.

Le jeux avec les adultes, ses parents, pour effacer quelques instants la différence de génération et se mettre à égalité, pour partager et faire découvrir son univers, pour développer la complicité. Ouverture affective.

Et vous l’aurez compris quand je parle ici de jeux, il s’agit de jeux libres où il y a la place pour inventer, pour fabriquer, bref y développer un peu de soi. Donc pas de jeux passifs où l’on suit le programme établi dans un cadre trop limité.

Et l’ennui dans tout cela ? Et bien l’ennui est le moteur du jeu. C’est dans l’ennui que naît l’envie de jouer. Un enfant toujours stimulé ne va pas prendre le temps de créer son monde imaginaire et ses jeux. Si votre enfant s’ennuie, réjouissez-vous, c’est qu’il a la chance d’avoir le temps de rêver.

Un enfant a besoin de s’ennuyer pour pouvoir s’inventer, pour que germent les idées.

Prévoyez pendant les vacances de longs moments sans activité. Votre enfant se plaindra peut-être au départ, le temps de ré-investir cet espace avec lui-même, puis vous le verrez se mettre à imaginer.

Et la place du jeu chez le psy ?

Étant donné cette importance du jeu pour l’enfant, quoi de plus naturel alors que de jouer avec lui?

Pour l’aider à reconnaître ses émotions puis les apprivoiser, pour l’aider à dire ce que ses mots d’enfants ne peuvent expliquer, pour l’aider à revivre les moments difficiles et y donner un nouveau sens. Pour l’aider tout simplement.

Le jeu c’est son langage privilégié, le seul dans lequel il peut être réellement à l’aise plutôt que tous ces mots propres aux adultes ou aux grands. A travers la thérapie par le jeu, j’entre dans le monde de l’enfant, dans son langage et lorsque c’est nécessaire je traduis ses jeux en mots, ou réagis via jeu pour créer ensemble les réponses ou les questions dont il a besoin.

Elisabeth Bergé 

, , ,

Réalisé par VisitOnWeb.com